La caverne du Grand Khan.

De nombreux lecteurs se demandent comment un Auvergnat comme moi peut-il vivre dans le Berry ? Les affres de la civilisation – porter des vêtements, utiliser des couverts, parler en articulant des mots… – ne sont-elles pas dures à vivre quand on est habitué à courir nu dans la forêt, grimper aux arbres et manger de la viande crue ?

Et bien oui, chers lecteurs. La civilisation, c’est dur quand on a passé son enfance dans le Cantal… mais il y a des solutions. Pour adoucir ma vie, j’ai recréé un campement néolithique dans ma salle de classe ! Voici en exclusivité les premières photos :

Le cœur de la maison est évidemment le foyer. C’est là que les Auvergnats se rassemblent pour cuire les pattes de chevaux ou les gigots de petits veaux pour les dévorer en famille…

Après le foyer, il est toujours de bon ton de décorer son bureau avec une tête de cheval et une peau de fouine. La peau de fouine permet également de protéger l’écran des frimas de l’hiver.

Pour le tableau, on préfèrera le silex à la craie. La craie est certes plus facile d’usage mais le silex est plus durable. Tout le monde connait le proverbe : « les paroles s’envolent, les écrits restent. » Quand ils sont écrits avec du silex, c’est vrai.

Pour la décoration, une peau de ragondin c’est toujours classe…

Et les photos de famille quand on est un peu sentimental…

Enfin, le vélo doit être à l’image du reste : Un vélo que l’on regarde avec admiration en se disant : « Ouah, c’est un aimant à gonzesses ! Le mec qui conduit ce vélo il doit emmener pas mal de petites souillons dans sa grotte en les tirant par les cheveux… »

Publicités

~ par L'éphémère du crépuscule sur mardi 31 janvier 2012.

4 Réponses to “La caverne du Grand Khan.”

  1. Comme il est plaisant de voir que tu n’as pas oublié d’où tu viens ! Toutes ces fascinantes traditions ancestrales auxquelles tu fais honneur dans ton quotidien malgré le déracinement, c’est presque émouvant… snif…

  2. Et encore ! Vous devriez le voir arriver avec sa peau de bête en guise de costard… et je ne parlerai pas de l’odeur de beurre de yak rance qui se dégage de l’individu, ni des restes de nourritures qui moisissent dans sa barbe (mais qui sont d’un réel intérêt pour les études bactériologiques et même fongiques).
    Quant au vocabulaire… n’en parlons pas ! Digne d’un prof d’EPS, des borborygmes tout au plus…

  3. « En taillant un crayon » est mon image préférée – on voit la bien l’intensité dans le regard du khanopithèque, prêt à tuer n’importe quel Parisien /anglais qui s’approche de son territoire!

    et +1 pour le silex, c’est vraiment un matériel d’écriture très sous-estimé.

  4. Les Auvergnats sont très accueillants avec les Anglais… tant qu’ils ne nous obligent pas à bouillir de la viande qui se mange crue. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :