Festival du printemps de Bourges

Mes chers amis, aujourd’hui, je vais vous parler du printemps de Bourges. Vous allez me demander : « Pourquoi parler du printemps de Bourges et pas de l’été péruvien, de l’automne malgache ou de l’hiver camerounais ? » En ce qui concerne l’automne malgache et l’hiver camerounais, permettez-moi de dire que ce n’est pas une très bonne question, mais enfin, je suppose que j’ai le lectorat que je mérite…

Je vais vous parler du printemps de Bourges, chers amis ignares, car c’est un des plus grands festivals musicaux de ce pays. Chaque année au mois d’avril, la capitale des Bituriges accueille le meilleur de la scène musicale française et pour partie internationale. Oh, je devine votre interrogation : Vous êtes en train de vous demander pourquoi j’ai écrit : « la capitale des Bituriges » et non « la préfecture du Cher » ou « la cité des Berrichons » ? La raison est simple. Quand j’écris : « La capitale des Bituriges » ça fait classe ! On imagine un vaillant peuple celte dominant les remparts d’Avaric devant lesquels se massent les armées de César. Le vent froid souffle au dessus des marais, le soleil se lève et la bataille s’annonce. Alors que si je dis : « C’est le chef-lieu de canton des Berrichons », on imagine tout de suite un paysan raboteux en train de ramasser des champignons dans la forêt, mais je m’égare aux morilles. Revenons maintenant au festival de Bourges… Et puis d’abord, est-on vraiment sûr qu’il y a vraiment des morilles dans le Berry ? Je n’en ai jamais vu ! En même temps, je ne vais jamais aux champignons, ce qui limite la valeur de mon témoignage. Si j’en crois l’encyclopédie Wikipédia, les morilles sont des champignons du genre Morchella, ascomycètes appartenant au groupe des Pezizomycetes. Là c’est à mon tour de vous poser la question : « Est-il bien raisonnable d’avoir ces saloperies dans nos sous-bois ?! » Est-il vraiment prudent de manger des champignons aussi bizarres. Je lis plus loin que les morilles sont toxiques à l’état cru ! Tiens donc ! Il m’a fallut des années avant de parvenir à digérer correctement des amanites phalloïdes ; Plusieurs amis sont morts en mangeant mes salades de champignons. Et aujourd’hui, on voudrait me faire manger des morilles ?! Non, mes amis, je ne suis pas une truffe !! Tous ensemble résistons contre le diktat des ramasseurs de morilles ! Qu’ils retournent dans leur pays ! Dans les Vosges ! Hum, j’ai oublié de quoi je parlais au début de cet article. 🙄 Ah oui, le festival de Bourges. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez aller sur le site du festival, je crois que vous trouverez plus d’informations utiles ici.

Écrivez-moi si par hasard vous êtes à Bourges pendant la durée du festival. Je serais au Phénix vendredi soir, sinon, je vais me promener pendant le off. 🙂 Mon adresse se trouve sur le côté à droite.

Publicités

~ par L'éphémère du crépuscule sur dimanche 11 avril 2010.

7 Réponses to “Festival du printemps de Bourges”

  1. je confirme : Il y a des morilles, dans la brume, mais il y en a.

  2. tu lances de invitations comme ça, pour aller aux champignons… mais tu n’as pas peur de tomber sur des fous qui te massacreront joyeusement ?

  3. Qui pourrait m’en vouloir ? En dehors des Bretons, des vieux, des Parisiens, des femmes, des enfants, des amateurs de foot et des mecs qui roulent en Polo…

  4. Ah oui, j’ai oublié les handicapés, les Vosgiens, les Chinois, les agriculteurs, les Tibétains, les cyclistes et les Anglais.

  5. alors résumons : les Bretons c’est pour l’Ange vert ! les vieux, les amateurs de foot qui roulent en Polo, les Vosgiens, les handicapés c’est pour le Berrichon Masqué. Les femmes, les parisiens, les Tibétains, les anglais c’est pour moi 🙂 pour le reste je ne sais guère

  6. Tu te poses trop de questions… ma haine est aveugle.

    Pour l’Ange Vert, je ne le déteste pas spécialement. Il me serait presque sympathique pour un Breton. Sinon, j’aime bien mon collègue de maths Breton et le prof de physique aussi. Je n’ai rien contre Chino et la prof de français, bretonne également. Sinon, je compte encore deux ou trois amis en Bretagne… Finalement, les Bretons, c’est comme les Arabes et les drogués, y’en a des biens.

  7. et puis il en faut toujours un, un c’est bien, c’est quand il y en a beaucoups que ça pose des problèmes… enfin il parait
    ;p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :