Nicolas Sarkozy l’insoumis.

La cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques se tiendra dans quelques heures devant un parterre de chefs d’états parmi les plus mous et les plus veules de la planète. Notre chef d’état charismatique sera bien sûr dans ce parterre de courtisans pour léchouiller les tongues du grand frère chinois. Fini les malentendus sur les affaires tibétaines et les atteintes aux droits de l’homme. Nicolas Sarkozy parle aujourd’hui d’une « amitié historique ». En témoignage de cette amitié, il a décidé de renoncer à rencontrer le Dalaï Lama et apporter une liste d’opposants à libérer. Ah ! Les ennemis de mes amis sont mes ennemis. Comme geste d’amitié fort envers le peuple chinois, je propose que notre président chie publiquement sur les portraits de Hu Jia et du Dalaï Lama et s’essuie avec le drapeau tibétain. Les dignitaires chinois seraient enchantés de cette marque de sympathie. (Ils pourraient même acheter un avion rafale à Monsieur Dassault en remerciement.)

Soyons pragmatique, la France est faible, Nicolas Sarkozy n’avait pas les moyens de critiquer le régime chinois comme il l’a fait au début de la répression. Les Allemands et les Américains en revanche sont en position de force. L’économie chinoise dépend trop de leurs produits. Ils ont pris position plus clairement et n’ont connu aucune représailles. Jean-Luc Domenach utilisait une métaphore assez juste inspirée du cyclisme. « Quand on est faible, on se met dans la roue des forts. » Nicolas Sarkozy aurait dû se mettre dans la roue d’Angela Merkel, être plus discret et refuser de faire le déplacement à Pékin. Par ailleurs, les régimes autoritaires : la Russie, la Chine ou la Libye ne respecte pas les courtisans qui saisissent la frange de leur habit (métaphore mésopotamienne). Ils respectent la force et les gens avec lesquels ils savent à quoi s’en tenir.

Publicités

~ par L'éphémère du crépuscule sur vendredi 8 août 2008.

Une Réponse to “Nicolas Sarkozy l’insoumis.”

  1. Personnellement, quand Notre Président a expliqué qu’il ne baissait pas son pantalon à pinces de chez Gucci, non non, mais qu’il donnait en fait une chance à la Chine d’emprunter à son tour le chemin de la démocratie puisque « les Jeux sont l’occasion d’accompagner la Chine vers l’ouverture, la tolérance, le progrès et le respect des valeurs qui sont les nôtres », je me suis sentie complètement rassurée. 😀
    *croit très fort à ce qu’elle vient d’écrire*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :