Erratum : la victoire du Khan contre Marcel Moineau « légèrement » remise en cause.

Emportée par son élan, la rédaction a peut-être été un peu vite en besogne en publiant le récit édifiant de la victoire du Khan contre Marcel Moineau. Après enquête et arbitrage vidéo, il se pourrait que nous ayons « légèrement exagéré » la victoire du grand Khan. Il se pourrait même, à la rigueur, que l’on puisse considérer ce match comme une demi-défaite… Bon d’accord, n’y allons pas par quatre chemins : le Khan s’est fait écraser comme une jouvencelle dans un combat de sumos !

Dans le métier, on appelle ça une « elkabbacherie » ou une « pujadaserie ». Voyons donc le récit impartial et objectif des événements :

Il était 16h15 quand le Khan entra dans le gymnase du collège. Il régnait une chaleur étouffante, lourde, saturée en humidité. Malgré son apparente assurance, il était envahi par le doute. Que représente l’enthousiasme face à l’expérience et la méchanceté ? Le Khan est tendre et innocent comme l’aiglon qui contemple la terre depuis ses falaises. Marcel est un sportif surentraîné qui joue au badminton depuis huit ans avec un palmarès de champion. En 2006, il a atteint les quart-de-final aux départementaux du Cher, excusez du peu… Jusqu’à présent, le plus grand exploit d’Herbert est d’avoir vaincu Baptiste, un Breton débutant, dans un match de simple.

Le vent humide s’engouffra par la porte ; un frisson parcourut l’échine du grand Khan. « Tu trembles carcasse, mais tu tremblerais davantage si tu savais où je vais te mener. » Dehors, les arbres se balançaient mollement et les oiseaux sifflaient avec indifférence.

Plusieurs professeurs étaient venus assister au match, avides de sang, comme la foule agglutinée sur la place de la Révolution aux années sombres de la terreur. « Le Khan se voyait devant une foule exaspérée, en face du peloton d’exécution, pleurant du malheur qu’ils n’aient pu comprendre, et pardonnant ! – Comme Jeanne d’Arc ! – « Prêtres, professeurs, maîtres, vous vous trompez en me livrant à la justice. Je n’ai jamais été de ce peuple-ci ; je n’ai jamais été chrétien ; je suis de la race qui chantait dans le supplice ; je ne comprends pas les lois ; je n’ai pas le sens moral, je suis une brute : vous vous trompez… »

Le Khan perdit le tirage au sort pour décider l’engagement. Ce fut la première d’une longue série de défaites… Marcel fit un service court, que le Khan propulsa hors des limites latérales. 1-0. Le deuxième service obligea le noir seigneur à reculer de plusieurs mètres puis il se contorsionna pour dégager le volant d’un geste mal assuré. Quand il eut analysé la trajectoire, le regard de Marcel brilla d’un éclat mauvais. Il bondit en direction du filet et frappa le volant avec férocité. Le Khan assista à la scène impuissant. 2-0.

Au troisième engagement, le seigneur des steppes berrichonnes dégagea le volant d’un mouvement rapide et puissant. On sentit dans ce geste l’expression d’une force incommensurable. Le volant s’éleva dans les airs, loin, loin, et Marcel le regarda disparaître aux confins du gymnase. À cet instant, une aura semblait entourer le Khan : Arès, dieux de la guerre, de la folie et de la démesure se tenait à ses côtés… mais cela faisait quand même 3-0.

Éris, Déimos et Phobos, la discorde, la terreur et la peur panique dansaient avec Herbert sur le terrain. Il se démenait comme un démon, mais plus de la moitié de ses coups finissait hors des limites du terrain. Les deux genoux à terre, il imaginait déjà son épitaphe : « Les terrains de badminton étaient trop petits pour un si grand homme. »

Comment peut-on expliquer de façon rationnelle cet incroyable enchaînement de fautes directes ? C’est très simple : dans cette rencontre, les deux compétiteurs utilisaient des volants en plume d’oie de 5 grammes, conformément aux règles de la fédération internationale de Badminton. Or, le Khan s’entraîne habituellement avec des volailles vivantes, en l’occurrence des poulets de 1,5 kilo qu’il achète au marché. Pour dégager un poulet depuis le fond du terrain, il faut donner un coup de raquette formidable. Le même coup de raquette dans un volant de 5 grammes ne peut pas donner de bons résultats.

Vous me direz : « Il peut smasher. Avec une trajectoire rectiligne, cela ne devrait pas poser de problèmes. » Certes, à condition de viser le terrain… C’est là qu’intervient le deuxième problème du grand Khan : Il est habitué à viser la tête de son adversaire afin d’instaurer la terreur. Cette stratégie a porté ses fruits sur de multiples Bretons mais elle s’est révélée tout à fait inefficace contre un professeur d’EPS. En effet, Marcel Moineau enseigne le lancer de javelot à ses élèves. Apprendre à éviter les projectiles est pour lui une question de vie ou de mort. À chaque fois que le Khan visait les yeux, l’épaule ou l’oreille, son adversaire esquivait le volant dans un éclair.

Parfois, Marcel apercevait l’ombre des fils d’Arès et commettait une faute directe qui permettait au Khan de marquer quelques points. Hélas, Marcel Moineau dominait toujours les échanges. Le Khan ne voyait aucune sortie possible et perdait peu à peu sa lucidité. « Extase, cauchemar, sommeil dans un nid de flammes. Que de malice dans l’anéantissement de mes rêves ». La fin du premier set fut un parfait désastre. Le Khan, brisé, vaincu, humilié commit successivement huit fautes directes, qui permirent à Marcel de l’emporter 21 à 14.

Avant la reprise du jeu, Herbert tenta de rassembler ses esprits et calmer les battements affolés de son cœur. À 13h00, il avait participé au match de foot profs-élèves dans le même chaudron. (Remporté 6 à 5 par les professeurs). Ses jambes étaient lourdes et son sang s’était figé comme la sève d’un arbre abattu. Pour ne rien arranger, le Khan était endolori de multiples courbatures accumulées pendant le week-end et la douleur s’était réveillée dans son bras droit, lointaine séquelle d’une déchirure musculaire.

Le deuxième set commença comme le premier. Marcel se battait comme un sauvage et profitait des élancements douloureux qui paralysaient son adversaire. Le Khan n’avait plus qu’une solution : méditer sur la philosophie épicurienne. Vaincre la douleur et trouver une voie possible vers le bonheur. Mais peut-on suivre ces idées en visant la tête de son adversaire ? Pendant qu’Herbert songeait à la mise en œuvre des préceptes épicuriens dans un match de badminton, Marcel en profitait pour aligner les points. 14-8, 18-12… Le match approchait lentement de son issue. Marcel menait 20 à 14. Sûr de sa force, il joua un moment avec le Khan comme un chat cruel s’amuse avec une souris. Il remporta finalement le set 21 à 18 et le Khan alla déposer sa raquette aux pieds de Marcel qui gonflait la poitrine avec la fierté de Marius. (Le héros de Pagnol, pas le général romain. 😉 )

Pour information, une revanche a eu lieu après ce premier match. Le Khan a perdu le premier set 16-21 avant de remporter les deux suivants : 21-10 et 21-8. Cette information ne connaîtra pas davantage de publicité afin, de ne pas nuire au prestige de Marcel. 😉 (De toute façon, je l’ai déjà crié sur tous les toits.)
Publicités

~ par L'éphémère du crépuscule sur mardi 24 juin 2008.

Une Réponse to “Erratum : la victoire du Khan contre Marcel Moineau « légèrement » remise en cause.”

  1. Ah làlà, une page entière pour dire tout simplement que tu t’es fait éclaté comme une … . Je savais bien que la propagande grossière utilisée dans l’article précédent serait démasquée. Il est évident que j’attends confirmation de cette hypothétique revanche ( sans parler du score qui semble abracadabrantesque ).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :