« Le peuple de la liberté. »

Les dernières élections italiennes ont été marquées par une importante évolution du paysage politique. À gauche comme à droite, plusieurs partis se sont regroupés afin d’éviter la trop grande dispersion des voix.

Le centre gauche est désormais dominé par le Parti démocrate de Walter Veltroni, issu de la fusion des Démocrates de gauche (anciens communistes) et de la Marguerite (les sociaux-démocrates). À droite, une fusion de partis politiques s’est également opéré sous les brillants auspices de Silvio Berlusconi, ce qui a donné le « Peuple de la Liberté. »

Quel nom délicieusement ironique : Le « Peuple de la liberté. » Pourquoi pas le « Brillantissime parti des lumières et de la probité« . J’en ris encore ! Silvio Berslusconi, qui est un peu à la politique ce que Marco Materazzi est au football, nouvelle flamme de la liberté… J’aime ce sens de la provocation, du contre-pied et de la mauvaise fois assumée. Il y a un mélange d’humour absurde et d’ironie digne d’un réquisitoire de Pierre Desproges.

Pour explication, le Peuple de la liberté rassemble bien sûr Forza Italia, l’ancien parti populiste de Silvio Berlusconi et l’Alliance nationale, le parti post-fasciste de Gianfranco Fini. Précisons que ce parti, typique de l’extrême droite nationaliste a pris quelques distances avec le fascisme mussolinien. Cette prise de position a entraîné le départ fracassant d’Alessandra Mussolini, la petite fille du Duce qui a fondé son propre parti. La petite défend vaillamment l’héritage familial, déclarant lors des législatives de 2006, entre autres, « qu’il valait mieux être fasciste que pédé ». Tout un programme. Vous me direz : « Que devient la malheureuse ? A-t-elle été abandonnée à son sort ? » Rassurez-vous, elle appartient naturellement au glorieux « Peuple de la liberté », dont elle a incarné les valeurs avec brio au Parlement européen. Notons cependant, que la demoiselle a été exclue du groupe des députés d’extrême droite car elle a été jugée trop raciste et xénophobe par ses petits copains, voir l’article de Libération. 😆

Si vous voulez plus de détails, le lien suivant décrit les mutations des dernières élections législatives en Italie : article tiré du site de l’IRIS. (Institut des relations internationales et stratégiques. Ils diffusent chaque semaine une lettre d’information gratuite par messagerie, si vous êtes intéressés. C’est assez fiable et indépendant.)

Enfin, j’attends avec impatience les prochains coups d’éclat du Cavaliere. Avec Sarko de l’autre côté des Alpes, nous avons là une fine équipe.

Publicités

~ par L'éphémère du crépuscule sur mercredi 23 avril 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :