Apologie de la musique Indienne.

  La musique indienne est très peu connue en Europe, ce qui est un grand tort eut égard à la richesse de cette culture. J’ai découvert la musique indienne de façon détournée, par le jazz. En recherchant un disque de John McLaughlin, je suis tombé sur un album du groupe Shakti auquel il participe en compagnie de musiciens indiens. Je fus très impressionné par les tablas de Zakir Hussein et le violon de Lakshminarayana Shankar. Depuis ce jour, je m’efforce de découvrir humblement cette musique tant elle est vaste et difficile d’accès pour un européen. C’est très différent de notre musique. Il suffit de comparer Lorie et Ravi Shankar pour s’en rendre compte… Euh… Sinon, pour expliquer ça avec mon vocabulaire de profane ce n’est pas évident.

  En Occident, nous pouvons fixer les notes sur une partition car la musique est un enchaînement de silences et de notes variées et déterminées. Dans la musique indienne, il est presque impossible de noter un morceau, car la note vit sous les doigts du musiciens en une infinité de microtons appelés « shrutis ». Si vous voulez, ce serait comme noter une recette de cuisine en indiquant la viande et le temps de cuisson mais en omettant les épices.

  La musique classique indienne est très imprégnée de spirituel. (Rien à voir avec les sectes.) Elle a pour fonction d’exprimer un sentiment ou un état d’esprit avec des infinités de nuances. La forme musicale la plus courrante est le Raga, une forme mélodique. Il existe des ragas pour chaque moment de la journée, le matin, l’après-midi ou le soir.

  Je vous encourage vraiment à découvrir cette musique, fermer les yeux et imaginer les musiciens assis en tailleur sur des étoffes, baignée d’une lumière tamisée. Vous aurez peut-être l’impression de voyager.

Pour présenter très rapidement ses grandes variantes, elle se divise en deux grandes familles, dont l’origine remonterait aux temps védiques, il y a environ deux milles ans. Pour les Indiens, la musique est un don des Dieux à l’humanité.

La musique hindoustani est la musique de l’Inde du Nord, influencée par la culture Perse et Arabe. C’est la musique la plus influente et je crois la plus représentée.

La musique carnatique est la musique de l’Inde du Sud. Elle est plus attachée à la danse que la musique hindoustani. Par ailleurs, les Etats du sud de l’Inde sont de culture dravidienne très différentes des langues indo-européennes au Nord.

En cliquant sur ce lien, vous trouverez une présentation très intéressante et claire des Tablas suivi d’un solo du maître Ustad Allah Rhaka Khan (comme le grand Khan 😉 )

Voici le lien vers le site de Badrinatha Vasumathi pour écouter un extrait.

http://www.vasumathi.net/index.asp

Pour plus d’informations sur les instruments, les styles, la place de la musique en Inde, je vous renvoie à l’article de Wikipedia, ils sont bien plus compétents que moi.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_indienne

 

Publicités

~ par L'éphémère du crépuscule sur samedi 19 mai 2007.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :